Catégories Materiaux OK OK  
 
 
 
Histoire de la canne 13

La Canne au XX° siècles


La révolution industrielle, participe à la production de masse qui se commercialise dans les grands magasins, à travers des catalogues, des expositions universelles où toutes les classes sociales se côtoient. (Paris 1889, Chicago 1893, Paris 1900,) la canne est choisie comme thème imposé pour un concours des Arts décoratifs en 1902.


C’est le début de l’Art Nouveau, du Modern style, Jugendstil, Liberty, Modernismo, toute l’Europe et l’Amérique créent à travers la ligne courbe, ligne de beauté la plus naturaliste possible.


La femme devient omniprésente, sous forme de pommeau, à la merci de celui qui la possède dans sa main, elle abandonne son corps à sa caresse ; la canne est sans doute l’objet le plus sensuel puisqu’il associe la volupté des formes féminines au toucher, permettant symboliquement à l’homme de prendre une femme lorsqu’il prend une canne.


On a coutume de dire que si la mode féminine est française, la mode masculine est anglaise en ce début de siècle.


L’entente cordiale fit la fortune des joncs anglais. ( sous L. Philippe et à partir de 1904)

Le dandisme, exposé par Alain St Ogan, » impose de choisir dévotement sa canne, dans cet art délicat aux mille nuances de cet attribut masculin entre:

La canne rustique en bois noueux, ganse de cuir toléré jusqu’à 10 heures du matin, car passé cette heure, vous seriez infailliblement compromis.

Prenez ensuite, pour les affaires, les visites, la canne de jour. Le dernier ton vous conseille la « canne « mailloche » dont la crosse en ivoire, la tige en bois des îles sont à section carrée, de profil anguleux.


Puis le soir, voici la canne de théâtre : bois précieux, essence rare, surmontée d‘un pommeau d’ivoire simple net et mince.


Mais sur ce thème vous pouvez broder quelque fantaisie ; la corne de rhinocéros constitue toujours le fin du fin, cette admirable substance est malheureusement introuvable et hors de prix.

Rejetez absolument les têtes sculptées, les manches argent qui sont démonétisés trop second Empire.

Il existe un modèle classique qui sait se soustraire à l’influence de la mode : c’est la canne recourbée qui tient solidement dans la main, qui s’accroche à une patère et suspendue au poignet permet qu’on allume une cigarette.

Il s’agit maintenant de porter élégamment ces bois précieux, car la canne est un signe de distinction sociale qui assure la démarche et donne de l’élégance à la tournure. Elle fait tendre le jarret, cambre la taille et rythme le pas .

Tout cela exige de l’éducation, du tact, de l’intelligence et une louable application ».


Un journal de mode essaya en 1911 de lancer un concours sur le costume masculin idéal et ses accessoires dont la canne, illustré par des dessinateurs célèbres tels que Roubille, Capiello, Sem, Touraine, Préjean, Fournery et Fabiano.